Après une année 2020 chamboulée par une crise sanitaire majeure, l’année 2021 s’annonce sous le signe du recrutement pour le groupe Blue Soft. Retour sur la gestion des événements et les objectifs ambitieux à venir pour la société et ses filiales avec sa Directrice du recrutement et de la communication interne Gaëlle Guermat.

Comment avez-vous vécu l’année 2020, en tant que directrice du recrutement ? Quels sont les obstacles que vous avez rencontrés et surtout quels sont les avantages que vous avez découverts en distanciel ?

« Cette période a surtout démontré que nous sommes en mesure de nous adapter très rapidement. Auparavant, dans le groupe, nous avions toujours privilégié les contacts humains, le télétravail n’était pas la norme. Nous avons donc basculé dans le distanciel de façon soudaine. Mais matériellement nous étions prêts, car nous avions déjà tout l’environnement technologique nous permettant de collaborer à distance.

Du point de vue de la cohésion d’équipe, nous avons aussi dû relever des défis. Nous avons pris le parti de privilégier les points individuels, afin de nous assurer du bien-être des salariés malgré l’isolement et la distanciation. Cela a été bénéfique pour tout le monde, car en fin de compte, nous avons pris plus de nouvelles des collaborateurs que si nous les avions simplement croisés dans le couloir.

Du côté du recrutement, les rendez-vous en visioconférence ont permis de casser les codes. Même pendant les périodes où nous avons pu reprendre le travail au bureau, nous avons continué à faire tous nos premiers entretiens de recrutement via Teams. Nous avons aussi dématérialisé tout le processus recrutement du premier rendez-vous à la signature de contrats de travail en ligne… Cela a fait gagner du temps à tout le monde !

Cependant, je continue à croire en la vraie rencontre. Mon métier est centré sur l’humain, cette dimension m’a beaucoup manquée quand tout le recrutement se faisait à distance, entre mars et l’été dernier. Nous gardons donc les bonnes pratiques qui permettent d’alléger les processus, et nous profitons de ce temps gagné pour formaliser des contacts suivis et réguliers avec nos nouveaux arrivants, en présentiel, ou à distance quand nous y sommes contraints. »

Quelles ont été vos meilleures réussites en 2020 ? Les défis que votre équipe et vous avez dû relever ?

« Dans le groupe Blue Soft, nous avons peut-être mieux traversé la période que d’autres. Et je ne pense pas que ce soit de la chance. Nous avons atteint une dimension qui nous rend solides, et nous avons une diversité de clients qui nous a permis de continuer à proposer des missions de qualité pour nos ingénieurs et consultants.

Nous sommes donc particulièrement satisfaits du nombre de collaborateurs qui nous ont rejoint et de la qualité et la diversité des profils recrutés. Nous nous sommes fortement rapprochés de nos objectifs initiaux. »

Qu’allez-vous garder de cette expérience ?

Gaëlle Guermat explique « Cette crise nous a obligés à nous remettre en question sur certains points, et je pense que c’est très bénéfique pour le groupe. Je suis très heureuse par exemple de ce que nous avons mis en place pour l’accueil des nouveaux collaborateurs. Nous avions peut-être auparavant un peu trop l’habitude que les choses se fassent très naturellement, sans intervention ou presque. Dès le premier confinement nous avons donc formalisé des étapes pour les faire monter à bord, nous avons été attentifs à prendre des nouvelles d’eux de façon régulière, à les rassurer.

Nous avons noué de nouveaux partenariats avec des écoles partout en France. Beaucoup de candidatures de très grande qualité sont arrivées et nous avons décidé de prendre le pari d’écrire un bout de l’histoire du groupe avec ces étudiants pour beaucoup en alternance.

Le fait de transmettre nos savoir-faire à des collaborateurs plus jeunes nous oblige à être attentifs à la façon dont nous partageons nos méthodologies, ce qui en permet leur diffusion et leur ancrage de façon plus profonde et plus large dans tout le groupe. »

Le groupe a beaucoup évolué depuis votre arrivée, en quoi cela transforme votre quotidien de directrice du recrutement ?

« J’ai passé beaucoup de temps ces deux premières années sur la structuration de l’équipe recrutement. Aujourd’hui, les choses sont bien en place, les processus sont très satisfaisants, les candidats nous le confirment souvent.

La croissance du groupe permet aussi de travailler avec plus de moyens, de proposer des missions variées et passionnantes, de permettre la mobilité. Actuellement, nous avons trois centres de services, à Rouen, L