APIsation : quelques règles à ne pas oublier - Blue Soft
19789
post-template-default,single,single-post,postid-19789,single-format-standard,2.2.2,2.2.2-apply-online,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

APIsation : quelques règles à respecter

APIsation : quelques règles à respecter

Vous en entendez parler dans les couloirs DSI ou les médias spécialisés, le terme API est désormais sur toutes les lèvres. Un succès tout mérité : l’API permet de cumuler des fonctionnalités sur son application ou site web et diminue la complexité (et donc, le temps) de développement. Cette interface promet un avenir plus simple à condition de maîtriser ses règles fondamentales. Ne partez pas bille en tête, Blue Soft vous dit tout et vous accompagne dans le développement de votre API.

Qu’est-ce que l’APIsation ?

Une API est une brique logicielle servant de moyen de communication entre deux services ou applications. L’API permet aux utilisateurs d’accéder aux services de l’entreprise et aux développeurs, d’économiser du temps et des ressources.

Le système d’API aide les entreprises à grossir leur portefeuille de services et fait apparaitre des nouveaux acteurs. Dans le système bancaire par exemple, une même API de transaction monétaire permet de faire des virements à la fois depuis l’application de sa banque ou depuis une application tierce telle que Lydia.

Les API sont absolument partout. Une nouvelle fonctionnalité sur votre application ? API. Un nouveau service sur votre site internet ? API aussi. De la réservation de VTC depuis Google Maps à l’enregistrement du pouls sur la FitBit, tout est APIsé. Pourquoi un tel succès ? Parce que l’API est simple à mettre en place et qu’elle fonctionne dans une logique produit. C’est-à-dire que l’entreprise qui utilise l’API n’a pas besoin de la construire elle-même, elle achète une API toute faite et la déploie dans ses interfaces.

L’expression « APIsation » traduit le mouvement plus global qui gravite autour des API. Elle désigne le recours systématique aux APIs dans un système d’information grâce à une bibliothèque de services dans laquelle les utilisateurs vont « se servir ».

3 niveaux APIsation

Il existe trois niveaux d’APIsation :

Niveau 1 — Interne : l’API est développée (ou commandée) par l’entreprise. Elle ne servira qu’aux collaborateurs. Ce niveau correspond majoritairement aux applications métier.

Niveau 2 — Partenaire : l’API est utilisée par les développeurs internes et les développeurs partenaires. Ce niveau correspond, par exemple, à une API de suivi de livraison. Elle est utilisée en interne (par un transporteur), mais aussi par ses partenaires (e-commerçants).

Niveau 3 — Open : l’API est utilisée par les développeurs internes, les développeurs partenaires et les développeurs externes. Il existe de nombreuses Open API, par exemple, dans le domaine du Smart Building où les API sont exploitées par tous les acteurs.

Les bonnes pratiques

Lorsque l’on développe une API, il y a de nombreuses règles à prendre en compte. Chez Blue Soft , nous en avons expérimenté plusieurs. Nos experts vous livrent leurs recommandations :

  • Pendant la construction de l’API, pensez à développer et joindre une documentation claire ;
  • Quel que soit le niveau de l’API, il ne faut pas oublier de respecter une règle fondamentale : la gouvernance des données. Clarifiez ce point avec les acteurs impliqués, anticipez l’utilisation de l’API et respectez les codes ;
  • Qu’elle soit destinée à être utilisée en interne ou en Open, l’API doit fonctionner de manière parfaitement sécurisée au niveau des données, des traitements ou du développement ;
  • Puisque l’API est une interface, gardez une exploitation simple. Inutile pour vous d’exposer tous les traitements ;
  • Pour tirer le meilleur de l’API, nous vous conseillons de l’associer à des métriques. Utilisez des KPI, des SLA ou construisez un tableau de bord, vous obtiendrez des données exploitables ;
  • N’oubliez pas, une API n’expose pas que de la data, il faut tout prendre en compte ;
  • Dernier conseil, et non des moindres : la question de l’architecture. Il existe une multitude de modèles pour construire votre API. Selon son fonctionnement et ses utilisateurs, travaillez via le modèle d’architecture le plus adéquat.

plateformes APIsation Google cloud Microsoft Azure AWSAzure

Le management d’API peut se faire via des interfaces puissantes. Sur le marché actuel, trois noms ressortent : Microsoft Azure, Google Cloud (via son système Apigee) et Amazon Web Services. Leur puissance éprouvée, leur expertise du domaine et les possibilités qu’elles offrent vous permettent de développer où vous le souhaitez, quand vous le souhaitez.

En passant par ces plateformes, vous travaillez dans un environnement multicloud qui offre sécurité et “scalabilité” (une extensibilité de vos investissements). Selon les services, vous pouvez publier vos API, les analyser, les monétiser, transformer vos services et gérer les microservices.

Pour développer le plus simplement possible votre API, reposez-vous sur les solutions du marché et l’expertise des équipes Blue Soft. Vous obtiendrez un résultat alliant performance et sécurité, essentiel pour publier ou vendre votre API aisément.

Vous souhaitez APIser votre organisation ? Blue Soft vous accompagne !