Les rituels agiles : pratiques indispensables pour réussir votre Scrum
19271
post-template-default,single,single-post,postid-19271,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Les rituels agiles : pratiques indispensables pour réussir votre Scrum (2/2)

Les rituels agiles : pratiques indispensables pour réussir votre Scrum (2/2)

Partie 2 : Zoom sur les sprints

La première partie de cet article était consacrée aux rôles et structure dans le Scrum. Dans cette partie, nous nous focaliserons plus en détail sur la partie Sprint.

Tout d’abord, il faut considérer que les objectifs définis lors du sprint planning étaient Mesurables, Atteignables, Réalistes et Temporellement définis (S.M.A.R.T). La revue de sprint doit alors permettre à l’équipe de présenter les réalisations effectuées lors du sprint, par une série de démonstrations aux parties prenantes.

Objectif :

Réalisée le dernier jour du sprint, juste avant la rétrospective, elle doit « montrer » le produit. Cette réunion a pour but d’exposer les résultats de manière concrète. En résumé, ce qui a été fait sur le sprint comme réalisation en vue du Backlog.

Prérequis :

  • L’équipe doit s’assurer que le matériel nécessaire au bon déroulement des démonstrations est prêt et fonctionnel (réseau, composants, données)

Les participants sont les parties prenantes et les autres personnes de l’organisation, le Product Owner, les développeurs et le Scrum Master.

Durée :

En règle générale, elle est fonction de la durée du sprint. Par exemple, pour un sprint de deux semaines, la durée ne va pas au-delà de 2 heures. Pour un sprint de trois semaines elle durera moins de 4 heures.

Déroulement :

  • Quelques minutes avant le début de la réunion, l’équipe prépare tout le nécessaire afin que la démonstration se passe bien.
  • Puis, au commencement de la réunion, Le Scrum Master pose le cadre du déroulement de la revue.
  • Le Product Owner rappelle ensuite les objectifs du sprint aux participants. Enfin, pour chaque story finie, l’équipe effectue une démonstration de ce qui a été fait puis collecte le feedback. Chez Blue Soft, chaque démonstration est réalisée par le développeur ayant réalisé la story (une story peut être composée de deux tâches réalisées par deux développeurs).

Le résultat en sortie consiste en :

  • Un Backlog actualisé (mise à jour après la démonstration).
  • La prise en compte du feedback (et création de nouvelles stories si nécessaire).
  • Des stories détaillées et discutées remplissant les conditions de faisabilité.
  • Des stories traitants des règles métiers comprises par l’équipe.

NB : La revue est l’occasion de partager sur les réalisations de l’équipe ou de l’avancement du produit avec le reste de l’organisation. De ce fait, elle permet de communiquer sur la vie du produit et d’offrir de la visibilité sur l’état d’avancement des développements.

La réunion du Sprint rétrospective type Chez Blue Soft

Objectif :

Cette étape permet de partager, entre les différentes parties, le ressenti sur le déroulement du sprint qui vient de se terminer. En effet, elle consiste à faire le tour des aspects nécessitants des améliorations et des ajustements.

Prérequis :

  • La présence de toute l’équipe ayant participé au sprint.
  • Eviter une hiérarchie horizontale, pour favoriser la qualité des échanges.

Les participants sont les parties prenantes, le Product Owner, les développeurs et le Scrum Master

Durée :

45 minutes à 1 heure maximum

Déroulement :

Pour ce moment de réflexion collective à la fin de chaque sprint, il existe plusieurs variantes dans le déroulé. Le format le plus courant, chez Blue Soft, est le suivant :

  • Le choix du lieu dépend de l’appréciation du Scrum master sur le déroulement du sprint. Parfois, il arrive que la rétrospective se déroule hors des locaux de Blue Soft pour des cas spécifiques.
  • Lorsque le sprint se passe bien sans fait majeur, la rétrospective se déroule dans une salle de réunion avec tout l’équipe autour de la table.
  • Un tour de table est lancé en laissant la parole, à tour de rôle, à chaque membre de l’équipe.
  • Capitaliser sur les bonnes pratiques ayant fait l’unanimité au sein de l’équipe,
  • Souligner ce qui n’a pas marché durant le sprint afin de réajuster ou de changer les pratiques.

En résumé, le cérémonial type permet à chaque membre de l’équipe de s’exprimer sur les questions suivantes :

  • Qu’est-ce qui a bien fonctionné?
  • Qu’est-ce qui s’est mal passé?
  • Qu’est-ce que nous pouvons améliorer?

Le résultat en sortie consiste en :

  • Une liste des axes d’améliorations.
  • Une liste des pratiques à bannir ou des pratiques nécessitants des ajustements.